Au cœur de la Gascogne, à la frontière de la Lomagne et de la Ténarèze, l’homme est présent depuis au moins le Paléolithique supérieur.

A la fin du XIème siècle de notre ère, le moine allemand Albert, de retour d’un pèlerinage à Rome et se rendant à Saint Jacques de Compostelle, s’installe dans cette contrée. Sur la terre des seigneurs de Firmacon, Vicomtes de Lomagne, il fonde un prieuré rattaché à l’abbaye Saint Victor de Marseille. Ce prieuré sera la base du village, construit en une sauveté. « Roumiou » signifie en gascon « pèlerin »

Au XIVème siècle, le village prit de l’importance. Arnaud d’Aux, dignitaire de la cour pontificale en Avignon, fixa en son pays natal le tombeau familial, en faisant ériger l’ensemble collégial Saint Pierre.

Le village de La Romieu de la forme d’un pentagone irrégulier, était doté de murailles crénelées, de fossés et pont levis, de portes et de tours… Tout ceci n’empêcha pas, en 1569, la garnison protestante de Mongommery, d’entrer dans ce village et de détruire par le feu une bonne partie des habitations et des archives.

L’église paroissiale, sur la place actuelle, fut détruite après la révolution française. La porte nord subsiste toujours avec son aspect primitif. Elle est surmontée d’une tour carrée avec mâchicoulis et meurtrières d’angle. La place centrale et les arcades, qui abritent les commerces, viennent d’être rénovées. Le lavoir et la fontaine gothique laissent écouler l’eau du petit Auvignon, et vous invitent au calme et à la sérénité.

Et aujourd’hui…

En plus d’être classé Monument Historique l’ensemble collégial est classé Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis le 2 décembre 1998.

La Romieu, petit village de 550 habitants garde la dynamique avec commerces, école, animations, et associations….

A la croisée des chemin de Saint Jacques de Compostelle venant du Puy en Velay et de Rocamadour, au milieu des vallons, La Romieu est joyeux que vous soyez curieux de découvrir ce lieu.

PARTAGER